Auteur : Marc Dagallier

Ordination

Le mot « ordre », désignait dans l’antiquité romaine les corps constitués, au sens civil. L’Eglise a repris ce termeà propos de ses propres corps constitués et notamment de l’ordre des évêques, des prêtres et des diacres. L’intégration dans l’un de ces corps de l’Eglise se fait par une ordination comprenant l’imposition des mains et la prière de consécration, qui fait d’un fidèle baptisé un ministre ordonné.
L’Ordre est le sacrement par lequel la mission confiée par le Christ à ses apôtres est transmise dans l’Eglise et ce, jusqu’à la fin des temps. C’est ce que l’on appelle le ministère apostolique. Ceux qui reçoivent le sacrement de l’Ordre sont consacrés pour être, au nom du Christ, par la parole et la grâce de Dieu, les Pasteurs de l’Eglise. 

On distingue trois groupes parmi les hommes ordonnés :

  • Les diacres sont rattachés directement à l’évêque du diocèse. Ils sont diacres en vue de la prêtrise ou diacres permanents, dans ce cas, ils peuvent être mariés et continuent à exercer leur activité professionnelle.
  • Les prêtres forment le presbytérium et sont les collaborateurs de l’évêque.
  • Les évêques forment le collège épiscopal uni à l’évêque de Rome.

Les ministres ordonnés exercent leur service au nom et en la personne du Christ auprès du Peuple de Dieu par l’enseignement, la célébration de l’eucharistie, l’administration des sacrements et la direction pastorale de la communauté. Le sacrement de l’Ordre est un des moyens par lesquels le Christ ne cesse de construire et conduire son Eglise.

 

Le Sacrement de la Confirmation

Crist, parole, lumièreC’est à chaque fois une grande fête pour notre Eglise locale. Et cela d’autant plus que la confirmation est un sacrement qu’on ne reçoit qu’une seule fois dans sa vie et pour lequel une préparation en profondeur est réalisée. Ainsi, cette préparation qui peut durer plus d’un an, permet à des jeunes et adultes de cheminer vers leur confirmation, avec dans certains cas une retraite de plusieurs jours.

 

Mais qu’est-ce donc que la confirmation ?

Avant de répondre à cette question, il faut en aborder une autre :
Qu’est-ce qu’un sacrement ?
Un sacrement c’est Dieu qui se donne. Nous croyons, nous chrétiens, que nous ne pouvons pas dire grand chose de notre Dieu, qui est le Tout Autre, mais ce que l’on peut quand même en dire avec assurance, c’est qu’il est Dieu d’amour, un Dieu qui nous aime.
Nous voilà bien avancé car l’amour on ne sait pas le définir. On ne peut pas dire « il est là ou il est ici » ; on peut pas l’attraper. Par contre on fait tous l’expérience que l’amour, il se manifeste par le don. Si vous avez déjà assisté à un mariage à l’Eglise, vous avez entendu que les époux ne se disent pas l’un l’autre : « je t’aime » mais : « je me donne à toi. » C’est la façon concrète de dire : « je t’aime ». Dès lors, l’autre compte plus que soi-même.
Alors si notre Dieu est un Dieu d’amour, il est logique, qu’il se donne. Et il le fait sûrement de tas de manières différentes. L’Eglise en a repéré 7. Ce sont les 7 sacrements. Là, en s’appuyant sur les paroles de Jésus, elle dit que Dieu s’y donne réellement. Cela ne veut pas dire que Dieu ne se donne pas autrement (prière, rencontres…) mais là, on peut en être sûr…

La confirmation est donc un sacrement. Quel est donc la spécificité de la confirmation par rapport aux autres sacrements ?

On ne parle pas de confirmation dans le sens que l’on confirme le choix que les parents avaient fait pour nous le jour de notre baptême (et par rapport auquel, on n’a rien eu à dire). Il y a la célébration de la profession de foi pour cela. Non, là, il s’agit de la confirmation de Dieu. C’est Dieu qui me confirme que le don de l’Esprit Saint que j’ai reçu le jour de mon baptême, est bien présent au plus profond de moi et qu’il m’appartient maintenant d’en vivre.
Si c’est Dieu qui confirme, c’est l’Eglise qui est « lieutenant » de l’action de Dieu en nous. Ce rôle de l’Eglise est tellement important que la confirmation ne peut être donnée que par l’évêque qui est le pasteur de l’Eglise. Par la confirmation, nous sommes donc incorporé pleinement à l’Église. L’Eglise nous confirme que nous avons toute notre place en elle et elle nous invite à prendre réellement cette place… Voilà aussi pourquoi la confirmation se fait, sur notre paroisse, au début de l’âge adulte où l’on est capable de prendre des engagements et de les tenir. De fait, si la confirmation est d’abord un cadeau de Dieu, elle entraîne aussi des droits et des devoirs. Elle est un appel à un engagement plus personnel et à une mission de témoignage de la foi. Et cela demande une certaine maturité et une vraie liberté.
La Confirmation, comme le Baptême, imprime dans l’âme du chrétien une marque spirituelle indélébile qu’on appelle le « caractère »; c’est pourquoi on ne peut recevoir ce sacrement qu’une seule fois dans sa vie. Comme pour le baptême, le signe que l’on va utiliser c’est l’huile. S’il vous arrive de faire votre lessive vous avez sûrement remarqué que les taches d’huiles sont les plus difficiles à enlever… elles sont indélébiles…

La confirmation est donc une « confirmation par Dieu de son baptême » Mais alors, qu’est ce que la confirmation apporte de plus que le baptême ?

ConfirmationNous recevons l’Esprit saint à la fois au baptême et à la confirmation.
Au baptême, qui est le sacrement de la naissance à la vie chrétienne, l’Esprit nous rend enfant de Dieu.
A la confirmation, qui est le sacrement de la croissance et de la maturité spirituelle l’Esprit nous confère une mission. Ainsi, la confirmation est l’achèvement du baptême. Après le baptême et la communion, on dit que c’est le sacrement qui achève l’initiation chrétienne. Il est d’ailleurs dommage que tant de catholiques même très engagés dans l’Eglise n’aient jamais reçu la confirmation. Quel dommage de se priver d’un don de Dieu. Remarquez qu’il n’est jamais trop tard.

Il est donc nécessaire d’être confirmé.

Oui. Ce sacrement est nécessaire pour vivre une vie chrétienne authentique, car la force de l’Esprit est indispensable pour vivre en vrai témoin du Christ. C’est un manque important de ne pas avoir reçu tous les dons de l’esprit. Vous vous rendez bien compte que vivre en chrétien n’est pas tous les jours facile. Le secours du St Esprit est toujours bon à prendre.
De plus, il y a des cas ou la confirmation est obligatoire comme pour la mission de parrain ou marraine de baptême et de confirmation (canon 874). Le code de droit canonique demande aussi que l’on n’admette pas au mariage des fiancés non confirmés sauf « s’il existe un grave inconvénient » (canon 1065). De fait, certaines paroisses exigent la confirmation pour le mariage. Cependant en France, ou la confirmation est conférée à l’adolescence, beaucoup de jeunes ne sont pas confirmés et il y aurait un grave inconvénient à exiger la confirmation. Certains diocèses demandent que ceux qui ont une responsabilité importante dans l’Église soient confirmés.
Pour les mariages qui ont lieu dans des pays comme l’Espagne ou l’Italie, la confirmation est habituellement exigée.

Père Maximilien

La Profession de Foi

Le Credo

Il fait partie du rituel de la messe qui se trouve juste après l’homélie. Il constitue la première réponse communautaire de l’assemblée dans la messe, mais elle est aussi personnelle ; ensemble, nous disons « je ».

Le baptême

  • A la question « Qu’est ce que le baptême ? », la génération de nos parents apprenait « Le baptême est le sacrement par lequel nous renaissons à la grâce de Dieu et nous devenons chrétiens. »Cette réponse a le mérite de poser clairement le sujet.
  • Le baptême est en effet un des 7 sacrements de l’Eglise. Plus particulièrement, il est le premier des 3 sacrements de l’initiation chrétienne. Par initiation, il faut comprendre le cheminement qui aboutit au sacrement. La préparation est donc l’aspect fondamental de cette initiation.
  • Le baptême fait passer d’un monde sans Christ à la communauté des enfants de Dieu. Car on ne naît pas chrétien, on le devient. Le rite du baptême est donc un rite de passage où l’eau symbolise la mort à traverser avec le Christ afin de participer à sa vie de Ressuscité. Saint Paul résume admirablement ce qu’est le baptême dans sa lettre aux Romains.
  • Depuis Vatican II, l’Eglise a 3 rituels, c’est à dire 3 manières de célébrer le baptême en fonction des conditions concrètes de ceux qui viennent à la Foi :

– le premier concerne le baptême des petits enfants,
– le second concerne les enfants en âge de scolarité,
– le dernier concerne le baptême des adultes qui fait l’objet d’un parcours appelé « catéchuménat des adultes ».

Le déroulement de la célébration du baptême des enfants est le suivant :

– Accueil : le célébrant accueille la famille, dialogue avec les parents, parrain et marraine sur la demande de baptême.

– Signation : le célébrant fait un signe de croix sur le front de l’enfant ainsi que les parents, parrain et marraine.

– Liturgie de la parole : lecture de l’ancien testament, d’une épître ou d’un évangile suivi de prières et de l’imposition des mains par le célébrant.

– Le Baptême : bénédiction de l’eau par le célébrant, renonciation au mal et profession de Foi par les parents, parrain et marraine, le célébrant et l’assemblée, suivi du baptême proprement dit, puis de l’onction du Saint Chrême et enfin remise du vêtement blanc et du cierge allumé.

– Prière et bénédiction finale.

Catéchuménat des adultes

Qu’est-ce que le catéchuménat des adultes ?

Le catéchuménat s’adresse aux adultes de plus de 19 ans qui souhaitent approfondir leur désir d’entrée en Eglise ou à la redécouvrir. Il représente généralement la dernière marche d’un cheminement intérieur.

Accueil Aumônerie

L’aumônerie accueille tous les jeunes en âge du collège et du lycée pour les accompagner sur le chemin de la foi par une vie d’équipe, la participation à des temps forts et à de grands rassemblements d’Eglise.