Les deux prochains dimanches sont ceux du baptême du Seigneur, puis du premier des signes de Jésus, les noces de Cana. Ensuite, nous commencerons la lecture continue du récit du ministère de Jésus dans l’évangile de St Luc. Pourquoi ces deux dimanches entre la fin du temps de Noël et le début du ministère de Jésus ? Le baptême de Jésus est lié au mystère de la Nativité. Le Fils de Dieu se fait homme pour être au milieu des pécheurs. Il se fond dans la foule qui vient demander le pardon. Celui qui est sans péché se fait vraiment l’un de nous. « Aussi en tous points se devait-il se faire semblable à ses frères ... » (He 2, 17) Et là, en tout point semblable à nous, le Père le reconnaît comme son Fils bien aimé sur qui repose l’Esprit Saint. Promesse de notre adoption définitive par le Père, en dépit du péché et de la mort que Jésus détruira dans son corps sur la croix : « en lui il a détruit la haine. » (cf Col 1, 20 ; Eph. 2, 16).
Si le Fils se fait homme pour faire de nous des fils, cohéritiers avec Lui, il l’accomplit dans une Alliance avec tous les hommes. Cana est le signe de cette Alliance, de ces noces, avec l’humanité entière rassemblée en Jésus-Christ. La liturgie nous donne ces deux éclairages pour comprendre les faits et gestes de Jésus que nous entendrons au fil de l’année dans cette perspective

Père Arnaud Gautier, curé